Le chocolat et la santé

Chocolat et Santé

Le chocolat, rien que d’entendre son nom et beaucoup ont l’eau à la bouche ! C’est à la fois une friandise qu’un ingrédient ayant un rôle fondamental en pâtisserie ainsi que dans une grande part de la cuisine sucrée. Consommé pour sa saveur et pour ses bienfaits, le chocolat est aussi connu et apprécié pour de nombreuses réputations thérapeutiques. En effet, aucun de ses constituants ne devrait causer des troubles de santé sauf de rares cas.

 

Que contient le chocolat

Côté ingrédient, le principal élément constituant le chocolat est le cacao. C’est d’ailleurs la teneur du cacao qui fait la qualité du chocolat, plus il est élevé, plus le chocolat a du mérite. Il faut savoir que c’est un aliment très calorifique et que ce soit du chocolat noir, au lait ou blanc, 100 g peuvent apporter entre 500 à 500 calories. Ceci à cause du taux de sucre et de graisse que l’on y retrouve. Néanmoins, le chocolat ne contient pas de cacao mais plus de sucre que le chocolat noir et inversement, c’est le chocolat noir qui peut apporter tous les vertus attendus des éléments antioxydants qu’il pourrait contenir. En effet, parmi les antioxydants retrouvés pour 100 g de chocolat, il y a entre 0,4 à 5 g de théobromine, 0,6 g de caféine, entre 0,8 à 2,7 mg de sérotonine ainsi que 1,2 mg de tyramine. En nutriments essentiels, on retrouve 60 % de glucides, 30 % de lipides, 5 % de protéines et différents types de sels minéraux dans le chocolat. Dans 100 g de chocolat, les principaux sels enregistrés sont 20 mg de calcium, 30 mg de magnésium et 200 mg de potassium. Côté vitamine, la vitamine E est représentée à 2,4 g, la vitamine D à 1,14 g, les vitamines B2, B1 et A sont aussi enregistrées avec des teneurs moins importantes. Par ailleurs, divers éléments également à l’état de trace mais non moins actifs sont contenus dans le chocolat, à savoir l’épicatéchine, le cuivre, divers cannabinoïdes, de la phényléthylamine ainsi que des polyphénols.

 

La consommation du chocolat et la maladie du foie

De croire que le chocolat entraine une maladie du foie est plus une idée reçue qu’une recherche vérifiée. Bien au contraire, les expériences réalisées sur des individus cirrhotiques ont démontré que le chocolat noir est à même de réduire les problèmes connexes à la cirrhose. Tout en rappelant que cette dernière est une maladie dégénérative principalement causée par l’alcoolisme. C’est la circulation hépatique qui est principalement atteinte chez les victimes de la cirrhose. Aussi, l’arrivée du sang provenant de la veine porte est perturbée. En plus, la cirrhose est responsable d’une élévation notable de la pression dès l’arrivée au foie. Cette augmentation dangereuse de la pression peut entrainer jusqu’à l’éclatement des vaisseaux sanguins et est appelée hypertension portale. Et c’est là que le chocolat noir témoigne de ses vertus, en soignant le foie. En effet, les expériences réalisées sur deux groupes de patients ayant consommé du chocolat blanc ou du chocolat noir ont été déterminantes sur le rôle du chocolat, principalement de ses antioxydants, les flavonoïdes, à faire baisser une éventuelle hypertension portale. Ainsi, chez le groupe ayant consommé du chocolat blanc est de 5 mm de Hg tandis que ceux qui ont été traité avec du chocolat noir n’ont connu qu’une élévation de 1 mm de Hg. Le rôle des flavonoïdes a été alors démontré comme vasodilatatrice au niveau du foie.

 

Le chocolat, le cœur et le cholestérol

Il est à se rappeler qu’il existe deux sortes de cholestérol, le premier groupe est le type LDL qui peut stagner dans les vaisseaux sanguins jusqu’à boucher les artères, le deuxième groupe favorise la digestion, sollicité par certaines protéines et conduit jusqu’au foie. En effet, ce sont les propriétés antioxydantes des flavonoides contenus dans le cacao qui stimulent la production de bon cholestérol et par le même effet, inhibe la concentration du cholestérol de type LDL. En outre, la présence de la vitamine B3 dans le cacao est aussi favorable pour les vaisseaux sanguins car elle œuvre comme pour les décrasser des diverses toxines et des graisses. Aussi, un patient soumis à un régime hypocholestérolémiant ne devrait pas se priver de chocolat, sans en faire un excès évidemment. Deux à trois carrés par jour seraient même conseillés. Toujours pas les propriétés antioxydantes des polyphénols dans le chocolat noir, l’hypertension artérielle peut être largement maitrisée. Aussi, les actions cumulées des ingrédients du chocolat sur le foie, le cholestérol, les vaisseaux sanguins et la tension artérielle ont des effets non négligeables sur le cœur. Des études effectuées sur trente mille personnes âgées ont d’ailleurs confirmé une importante réduction d’un risque de crise cardiaque, à raison de plus de 30 %, sur les individus ayant consommé deux carrés de chocolat noir par semaine. Le chocolat utilisé lors de ces études contient au moins 35 % de cacao. En bref, consommer du chocolat noir en quantité raisonnable n’est pas simplement un plaisir de gourmandise mais c’est aussi bon pour tout le système cardio-vasculaire.

 

Le chocolat, un anti-stress

Grâce à la présence de plusieurs antioxydants dans le chocolat noir, il agit efficacement sur l’humeur et le cerveau en général. Premièrement les vertus naturelles de nombreux antioxydants sont de ralentir le vieillissement cérébral. Puis, avec les actions du tryptophane, le chocolat noir est considéré comme un antidépresseur naturel. En fait, les tryptophanes sont des acides aminés responsables de la formation et de la diffusion de la sérotonine dans tout l’organisme. La sérotonine est une hormone, de type neurotransmetteur qui influe positivement sur l’humeur. Elle la source d’une sensation d’apaisement et du bien-être en général. En réponse à l’état de bien-être, la sécrétion d’endorphines est également stimulée. L’endorphine qui s’avère être l’hormone du bonheur par excellence. En plus, le chocolat noir et le chocolat au lait renferment une teneur non négligeable en magnésium. Il se trouve que c’est le minéral clé qui prévient des effets néfastes du stress. En effet, un taux raisonnable de magnésium permet de diminuer une certaine proportion de cortisol plasmatique sanguin. Avec les effets cumulés du magnésium et du sucre provenant d’une ingestion de chocolat, l’organisme tout entier répond par un regain d’énergie. Il faut noter qu’un manque d’énergie provoque des troubles psychologiques car c’est un effet anxiogène.

 

Les effets négatifs du chocolat

Comme toute chose, le chocolat peut aussi avoir des côtés plus sombres. Les premiers concernés sont les allergiques et les diabétiques. Les premiers sont tout simplement conseiller de ne pas en prendre. Quant aux seconds, il est important de rester prudents, de choisir convenablement les produits qui conviennent à leur état. Avec le chocolat à partir de 70 % de cacao, avec un taux de sucre bien inférieur, les diabétologues certifient que les risques sont très minimes. Evidemment, toujours se souvenir que les chocolats n’ont pas tous les mêmes compositions. Une étude australienne rapporte également que consommer tous les jours du chocolat pour les femmes âgées ne serait pas toujours bénéfique. Cette étude a été publiée sur « American Journal of Clinical Nutrition ». Ainsi, chez les femmes enquêtées de 70 à 85 ans, il a été démontré qu’une augmentation élevée de chocolat affineraient les os. Les effets sont mesurés par rapport à la densité osseuse qui serait significativement diminuée à cause du taux d’oxalate assez important si pris quotidiennement dans le chocolat. En fait, les oxalates ont des actions inhibitrices de l’absorption du calcium et du sucre. Par ailleurs, pour les plus sensibles, le taux de matière grasse dans le chocolat peut occasionner des reflux gastro-œsophagiens. C’est surtout le beurre de cacao qui provoque ces petits désagréments en stimulant le relâchement du sphincter en haut de l’estomac. Certaines personnes montrent également une tendance d’addiction au chocolat. Ceci est dû aux substances psychoactives similaires aux cannabinoïdes qui composent le cacao. Même si ce n’est pas au chocolat et à ses composants dont une personne ressent de l’addiction, ce serait surtout à la sensation de bien-être que procure sa consommation. Dernièrement, les chocolats sont très nocifs voire agissent comme du poison chez les chiens et les chats. C’est surtout la théobromine qui ne convient pas à leur organisme.

Articles associés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *